Aller au contenu


- - - - -

Un Theutois condamné à quatre ans pour traitements inhumains et prostitution


Aucune réponse à ce sujet

#1 Paparazzi

    Member

  • Members
  • PipPip
  • 22 messages

Posté 08 fvrier 2018 - 14:55

https://www.rtbf.be/...tion?id=9828959



Citation

Un Theutois condamné à quatre ans pour traitements inhumains et prostitution

Le tribunal correctionnel de Verviers a condamné, vendredi, un Theutois de 27 ans poursuivi pour traitements inhumains, incitation à la débauche et exploitation de la prostitution mais également pour coups avec préméditation et vol avec violence à l'encontre de son ex-compagne, à une peine de quatre ans de prison avec sursis probatoire pour moitié.


Le prévenu et la victime, âgée de 38 ans, avaient entamé une relation sentimentale en février 2017 après s'être rencontrés dans une discothèque de Spa. Le couple vivait une relation "malsaine" faite de consommation d'alcool et de stupéfiants au point que la trentenaire avait décidé, selon les dires de son ex-compagnon, de s'inscrire sur un site d'Escort girl afin d'engranger des rentrées supplémentaires permettant de payer la drogue mais aussi de retenir le prévenu rapidement lassé par cet amour.
Le Theutois, qui avait apporté son aide à l'inscription sur le site où il avait laissé son numéro de GSM pour les rendez-vous, assurait, contre rémunération, la sécurité de sa compagne lors des passes. Il niait cependant les préventions d'incitation à la débauche et l'exploitation de la prostitution alors qu'il avait déclaré à la police, le 28 avril 2017, "être le mac" de la victime.
Ce soir-là, dans un état second en raison de la consommation d'alcool et de stupéfiants, il s'était rendu au domicile de la victime pour lui voler 10 euros puis l'avait frappée, attachée au lit, l'avait bâillonnée et obligée à avaler des médicaments tout en la menaçant de la tuer.
Il avait filmé cette scène, qui au total durera entre trois et quatre heures, et avait envoyé les images à la fille de la victime. La trentenaire avait porté plainte début mai alors que le prévenu venait de partir en France dans le cadre d'un projet professionnel.
Le tribunal a stigmatisé l'intensité de la scène de violence du 28 avril, son ancrage dans la délinquance mais aussi l'absence d'amendement du prévenu qui devra suivre un traitement psychologique et procéder aux sevrages de ses assuétudes à l'alcool et à la drogue.






1 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)